Quand il faut s’en aller

Quand il faut s’en aller

Ne plus regarder que le bout de ses pieds

Ce jour où présence se conjugue avec mouvement

Le cœur ici, la tête ailleurs

Non. Pas une dispersion

Juste comme si tu te répandais sur une ligne,

Jusque derrière l’horizon

Juste au milieu de la route qui trace l’histoire

Partir et mourir à ce present

Sans larmes on n’est plus enfant

Faut quand même être grand

Au revoir,

je regarde le bout de mes pieds

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s