Souvenir d’Orient

Je regardais, saisi d’ignorance, se développer ces amitiés vernaculaires.

Je les regardais

Ces hommes, se caressant mutuellement, leurs chevelures de velours

Je les épiais ces hommes,

Se touchant tendrement du bout de leurs doigts rudes leurs bouches cerises

Je les regardais et je dois le dire,

J’avais peur qu’il ne se prissent d’amitié pour moi.

Je préférais me dérober, un peu honteux, un peu gêné de ne pas savoir participer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s