Une page se tourne

Aux livres de nos vies, aux chapitres de nos amours,

Souffle, souffle le vent ténu du temps qui passe.

Parfois les pages tournent sans crier gare.

Croyant écrire ton histoire tu t’égares.

C’est là que la vie te rattrape et te dis: « Petit, fais pas d’histoires ,

Toi tu ris, tu pleures,tu causes,

Tu survis quoi, tu prends la pause.

Le fil de tes jours, l’heure de tes amours, c’est moi qui en dispose ».

Au chevet de notre vie, à l’enterrement de notre amour,

Souffle, souffle le vent mauvais de la vie qui lasse.

Parfois les pages se déchirent sans prévenir, Et c’est le dernier mot,

La fin de l’histoire.

Parce que c’est ainsi. Parce qu’elle n’est pas belle la vie.

Juste cruelle, merci.

Oh ta gueule, ça suffit.

Au présent de cette vie, il y a la vie et

Chante, chante le vent, le vent inouï de la vie qui rit.

Et volent les pages, s’envolent vers les nuages,

Parce qu’on sait jamais quand se finit un présent sans cesse renouvelé.

C’est juste ça qu’il faut chercher.

Suffit de respirer.

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. pminotte dit :

    A reblogué ceci sur Rhumeurs d'Hailleurset a ajouté:

    Yes, l’instant présent

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s