Mousson II

 

Mousson

Là, aux flancs de la montagne, plus haut que Baghsu Nath

Mousson

Paysages mouillés, partout la brume et le respect, vastes ondées.

L’eau et ses dangers

Mousson

Au loin la vallée, hier ensoleillée, aujourd’hui

Endeuillée. Plus de vallée.

Où est la réalité ?

Ici, le retour. Fins de cycles. Révolution.

Maintenant , l’heure des questions.

Mousson

Dans cet univers aquatique, alternent

Pluies et soleils, soleils de pluies, lumières liquides,

Arcs en ciels, ciels cristallins.

La végétation s’oublie, exubére, excessive.

La magie est ici, oui c’est vrai.

La Magie.

Tandis que les dragons des nuages

Épousent les montagnes, les engloutissent.

Mousson

Les hommes souffrent

Et croissent leurs soucis. La maladie prospère,

L’humide préside.

L’illusion est inondée, Elle est toute fripée.

Aussi l’énergie.

Moment tragique, destin épique.

Mousson

Moi, j’en étais là, préoccupé

À tisser d’impossibles chimères,

Quant un jour c’est arrivé. J’ai abandonné.

Suis tombé, assis et maintenant,

Pas longtemps, juste desserrer les dents.

Et aujourd’hui aussi, un peu plus longtemps.

Respire. Expire, sombres nuées. Inspire, la déchirée, lumière dorée

Entre les deux, la sérénité.

Et le temps importe peu, n’existe plus.

Ici, maintenant.

Mousson.

Pierre, 1981

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s